Conférences plénières

Zhenan Bao, l’Université Stanford, É.-U.

Zhenan BaoNotice biographique : ​Zhenan Bao est professeure titulaire de la chaire K.K.-Lee en génie chimique, professeure invitée en chimie, professeure en sciences des matériaux et ingénierie, et agrégée supérieure au Precourt Institute for Energy de l’Université Stanford. Bao a fondé la Stanford Wearable Electronics Initiative  (eWEAR) et agit à titre de directrice de la faculté. Avant de se joindre à Stanford en 2004, Bao était membre distinguée de l’équipe technique à Bell Laboratories/Lucent Technologies de 1995 à 2004. Bao compte plus de 400 publications à comité de lecture et plus de 60 brevets américains, en plus d’avoir obtenu un indice H de Google Scholar supérieur à 120. Bao a lancé un certain nombre de concepts applicables aux matériaux électroniques organiques. Ses travaux ont permis la mise au point de circuits et d’afficheurs électroniques flexibles. Dans le cadre de ses travaux récents, Bao a conçu une peau électronique qui a permis à des appareils médicaux, au stockage d’énergie et à des applications environnementales d’atteindre un rendement ou une fonctionnalité sans précédent.

Résumé : Matériaux et dispositifs faits d’une peau électronique

La peau est le plus grand organe du corps. Elle est chargée de la transduction d’une grande quantité d’information. Elle est adaptable, extensible et biodégradable capte les signaux de stimuli externes et les traduit simultanément en information sur la pression, la douleur et la température, par exemple. La réalisation de matériaux électroniques, inspirés par la complexité de cet organe, représente un énorme défi qui n’a pas été relevé. Cependant, l’avènement de matériaux électroniques organiques est susceptible d’apporter une solution à ce problème de longue date. Dans le présent exposé, je décrirai le processus de création de matériaux électroniques organiques visant à imiter les fonctions de la peau. Ces nouveaux matériaux ont permis à des appareils médicaux, au stockage d’énergie et à des applications environnementales d’atteindre un rendement ou une fonctionnalité sans précédent.

Raychelle Burks, Université St. Edward’s, É.-U.

Raychelle BurksNotice biographique : Après quelques années à travailler dans un laboratoire de criminalistique, Mme Burks est retournée au monde universitaire, à l’enseignement et à la recherche médicolégale. Chimiste analytique, Mme Burks aime le défi d’élaborer des méthodes de détection pour une grande variété de substances à analyser, y compris des médicaments réglementés et des explosifs. Ses travaux de recherche actuels portent sur la conception, la fabrication et l’analyse de spectrophotomètres utilisables sur le terrain. Pour les rendre facilement transportables, elle cherche à utiliser des téléphones intelligents comme appareils d’analyse scientifique. Passionnée de chimie, Mme Burks espère transmettre son amour de cette science à ses étudiants grâce à des projets novateurs, à des outils de formation multimédias et à probablement beaucoup trop d’allusions à la culture pop. Elle a aidé à créer et à organiser la populaire série de causeries SciPop Talks!, qui mélange science et culture pop. Elle est une vulgarisatrice scientifique populaire qui passe souvent à l’émission Outrageous Acts of Science de la chaîne Science, dans des vidéos d’ACS Reactions et dans des baladodiffusions de la Société royale de chimie. Elle est aussi souvent invitée à des congrès du genre DragonCon et GeekGirlCon. Davantage d’informations sur Raychelle Burks se trouvent ici.

Mme Burks livrera sa conférence plénière pour lancer la séance spéciale « L’importance de l’équité, de la diversité et de l’inclusion pour une communauté de chimistes forte ». Elle abordera certains aspects de sa carrière de chercheuse, de vulgarisatrice scientifique et de défenseure de la chimie.

Résumé : Interdisciplinaire et intersectionnel : le cheminement d’une chimiste

Résumé à venir.